Tous

VANESSA BRUNO

Créatrice de Mode

Vanessa Bruno sublime la femme au quotidien

Écrit par Céline Vautard, @celinevautard

 

Depuis presque 25 ans, le style parisien, chic et bohème de la créatrice de mode séduit les Françaises et les femmes du monde entier. Quant à son fameux cabas, il est une success story à lui tout seul. 

Vous avez lancé votre marque en 1992, décrivez-nous la femme Vanessa Bruno ?

Je me suis lancée voilà presque 25 ans ! J’ai créé un univers, un style où les femmes se reconnaissent. J’ai imaginé une certaine idée du bien-être, une façon de sublimer la femme dans son quotidien. Je définirais le style Vanessa Bruno comme parisien, chic, bohème mais également nonchalant. La femme ne doit pas être une caricature de mode, elle doit être elle-même, élégante, mais surtout naturelle.

 

Comment débutez-vous la création d’une nouvelle collection ?

Déjà nous travaillons très en avance. En ce moment, je démarre le printemps-été 2022 et nous venons de présenter aux boutiques et partenaires l’automne-hiver 2021, tandis que la collection printemps-été 2021 vient d’arriver en boutiques. Pour chacune des collections, je réfléchis à une histoire que j’ai envie de raconter. Celle-ci découle d’imprimés que j’ai chinés, d’images que j’ai collectées, de choix de matières et de coloris, l’art contemporain m’inspire aussi très souvent. Pour le printemps-été 2021, j’ai eu envie de partir sur la côte Amalfitaine. Cette saison est d’abord un appel aux vacances, à l’Italie, à l’ambiance de ces femmes italiennes avec ce côté bohème, Gypsy Set, un mélange d’imprimés de couleurs, de matières naturelles et beaucoup d’accessoires…

 

En matière de voyages, quelles sont vos villes de prédilection ?

J’ai beaucoup voyagé au Japon et ce pays me touche énormément et m’inspire. Mais, de par mes origines danoises, j’aime beaucoup les villes d’Europe du Nord comme Copenhague, Amsterdam où je retrouve plein de codes familiers. Nous avons aussi le plus beau des pays. La France recèle d’endroits magnifiques comme la Camargue où je m’ancre chaque été.

 

Qu’évoque pour vous le mot “traçabilité“ en 2021 ?

C’est un mot qui est à la mode mais que je pratique depuis toujours. Les fabricants avec lesquels nous travaillons sont nos partenaires et je me suis toujours déplacée pour voir de quelle façon était faîtes les choses. J’ai toujours fonctionné comme ça. Par exemple, avec le raphia qui sert à la fabrication de nos sacs, tout est fait à la main par des femmes à Madagascar. Au fil de années, nous avons mis en place une communauté (elles sont plus de 1.000 aujourd’hui, NDLR) qui les fait travailler et gagner dignement leur vie. Il y a aussi la toile de bateau fabriquée dans le Nord de la France qui sert à réaliser nos cabas depuis ses débuts. C’est le même fabricant depuis toujours qui a un véritable savoir-faire du tissage du coton naturel. Je pense aussi à nos pulls en laine de yack naturelle qui sont fabriqués au Pérou… La marque existe grâce à tous ces partenaires, mais aussi ces personnes qui ont de vrais savoir-faire et subliment nos idées. 

En presque 25 ans d’existence, votre métier a-t-il changé ?

Oui, complétement ! Aujourd’hui, il faut être dans la temporalité. C’est l’une des raisons qui a fait que j’ai arrêté les défilés. Ceux-ci montrent une femme rêvée et prennent beaucoup d’énergie. Trop ? J’ai préféré me rapprocher de mes clientes et retrouver du temps et du plaisir dans la création. La capsule est une réponse à cela. Elle offre une réponse à un besoin, une envie immédiate. Nous l’avons fait cet hiver avec une ligne de homewear en 100% cachemire vendue uniquement sur notre e-shop. L’idée : être bien chez soi, répondre à ce besoin de cocooning en plein confinement. Tandis qu’à partir d’avril et jusqu’en juillet nous proposerons une expérience unique au sein du Bon Marché à Paris sur 400 m2. En lien avec notre collection, nous avons imaginé une scénographie où la cliente pourra déambuler comme si elle était dans les ruelles de Capri. Outre de la mode, l’offre mêlera bijoux, céramiques, accessoires … Je me considère plus comme une styliste qu’une créatrice, j’aime proposer un style de vie !

 

Que dire de votre fameux cabas qui accompagne tant de femmes de tout âge ?

Sa plus belle réussite est d’être transgénérationnel ! Chaque saison il est là mais sans cesse renouvelé et réinterprété dans de nouveaux coloris. Même si les codes du cabas sont toujours les mêmes, c’est important qu’il reste dans l’air du temps. Nous le déclinons en feutre, raphia, lin naturel de Belgique, cuir, daim ou cet hiver avec notre nouvelle matière : une fausse fourrure très doudou réalisée par Ecopel (voir ci-dessous). 

 

Pour finir, pouvez-vous partager avec nous l’un de vos spots parisiens préférés ?

Il y en a plein en vérité (rires) ! Je circule à vélo et ce que j’aime par-dessus tout c’est flâner, avoir cette liberté de découvrir différents endroits. Mais je joue le jeu ! Le Marché des Enfants Rouges mixe tout ce que j’aime de la ville : les gens qui se mélangent en journée, mangent à toute heure, tous les styles de cuisine ou presque y sont présents, c’est vivant et bon !

 

Site Web : vanessabruno.fr

 

Une fausse fourrure 100% vegan

Développé par le spécialiste Ecopel, celle-ci a nécessité un an de développement. Il s’agit d’une bouclette de chanvre : la Cannaba, une laine 100% vegan fabriquée à partir de chanvre et tissée dans les Vosges. Filée et mêlée à une fibre plus technique (un polyester recyclé à base de bouteilles en plastique), celle-ci est une belle alternative éco-responsable à la laine animale. Vanessa Bruno l’a déclinée en manteaux, blousons, cabas et sur des sacs.

Combined Shape

La femme ne doit pas être une caricature de mode, elle doit être elle-même, élégante, mais surtout naturelle.

Combined Shape

La femme ne doit pas être une caricature de mode, elle doit être elle-même, élégante, mais surtout naturelle.

Portraits

Nos invités

Nicolas Vérot

Dernier prodige de la maison Vérot

Amanda Mille

Sur les pas de son père…

Oscar Lucien Ono

Nouveau maestro des intérieurs raffinés

Caprini & Pellerin

Luxe, calme et villas de rêve

CHARLES-ARMAND DE BELENET

Directeur général maison Bollinger

SERGIO GUARDÌ

Directeur de Création

slide-left Created with Sketch.
slide-right Created with Sketch.

Drag

Découvrir