Tous

STÉPHANIE DE BOÜARD-RIVOAL

Gérante du Château Angélus

Stéphanie de Boüard-Rivoal, le terroir en héritage

Depuis huit générations, sa famille dirige Château Angélus, l’un des plus célèbres domaines de Saint-Émilion. A la tête de la propriété depuis 2012, Stéphanie de Boüard-Rivoal n’est pas là par obligation familiale mais pour honorer ce prestigieux héritage viticole. 

 

Marcher dans les pas de son père et de son grand-père à la tête du domaine d’Angélus, Stéphanie de Boüard-Rivoal en rêve depuis qu’elle a 7 ans. Ce vignoble, c’est sa terre, son sang, « il a toujours coulé dans mes veines ». Sa famille dirige en effet le domaine viticole depuis huit générations. Mais ce n’est pas le poids de l’hérédité qui a orienté son choix de reprendre la direction de la propriété. Ni un attrait particulier pour le goût du vin, qu’elle connaissait déjà bien à force d’en boire « une gorgée chaque dimanche depuis mon plus jeune âge, comme le recommandait mon père, pour éduquer mon palais ! ». A 7 ans, Stéphanie est avant tout fascinée par le magnétisme qu’exerce sur elle ce terroir. « Mon grand-père me parlait avec passion de l’histoire d’Angélus, des générations qui se sont succédé pour transmettre cet héritage, des valeurs de la terre… Je voulais à mon tour prendre soin de ce patrimoine exceptionnel, et lui faire honneur. » 

 

L’hérédité ne suffit pas

A 30 ans, Stéphanie de Boüard-Rivoal honore sa promesse de petite fille et prend la direction du domaine. D’abord épaulée par son père et son oncle, elle reprend ensuite le flambeau seule. Malgré sa détermination, sa lignée et ses qualifications – une expérience de 7 ans dans la finance à Londres et un diplôme du prestigieux « Wine & Spirit Education Trust » (WSET) – la jeune femme rencontrera quelques réticences à son arrivée. « Ma nomination a suscité des doutes, des méfiances, des mises à l’épreuve… Certains de nos clients et fournisseurs, mécontents de certains changements que je pouvais introduire, me disaient qu’ils allaient faire part de leur mécontentement à mon père, ajoutant qu’ils « le connaissaient très bien ». Je leur répondais alors avec une petite pointe d’ironie que moi aussi je le connaissais assez bien ! » 

Chevaux et robots se croisent dans les vignes

Après la consécration au rang suprême, un titre de 1er Premier Grand Cru Classé « A » (honneur que partagent 4 domaines sur les quelques 700 que compte l’appellation), une série de 5 millésimes très aboutis, l’ouverture de restaurants gastronomiques et d’un hôtel, les actions menées par Stéphanie de Boüard-Rivoal ont vite convaincu les plus sceptiques. Accélérer la transition vers l’agriculture biologique a également fait partie de ses leitmotivs. « Mon défi est de perpétuer la dimension intemporelle d’Angélus, et pour cela je dois m’assurer de trouver le bon équilibre entre le respect de la tradition et l’innovation. » Illustration parfaite dans les vignes, avec le tandem assez improbable que forment les animaux et les robots. « Plutôt que d’utiliser des tracteurs, qui emprunteraient toujours les mêmes axes, j’ai privilégié dans certaines de nos parcelles le travail des chevaux pour limiter le tassement des sols. Leurs sabots ne passent en effet jamais au même endroit. En parallèle, nous avons doté la propriété de robots viticoles de dernière génération qui ni polluent ni tassent les sols. »

Pour atteindre l’excellence, la jeune femme sait qu’elle doit affronter ses doutes : « la remise en question me paraît indispensable pour hisser Château Angélus au plus haut, et le plus près possible de la perfection. » La force dont elle a besoin pour honorer cet engagement, « ce sacerdoce », Stéphanie de Boüard-Rivoal la puise dans ses racines et l’histoire de ses terres. « Parmi les innombrables récits et souvenirs fondateurs du domaine, il y en a un qui me touche particulièrement. Par amour pour sa femme, mon arrière-grand-père a décidé de modifier la composition des vins. Il a en effet augmenté la part du cabernet franc, pour rendre hommage à son nom de jeune-fille, Bouchet, qui est l’appellation locale de ce cépage. Depuis, la renommée d’Angélus tient à cette forte proportion de cabernet franc qui apporte à la fois de la tension, mais aussi beaucoup de fraîcheur et d’élégance, tout en offrant une finale en bouche persistante. »

 

Site Angelus : Angelus.com
Instagram : @chateauangelus

Combined Shape

Mon grand-père me parlait avec passion de l’histoire d’Angélus, des générations qui se sont succédé pour transmettre cet héritage, des valeurs de la terre… Je voulais à mon tour prendre soin de ce patrimoine exceptionnel, et lui faire honneur.

Combined Shape

La cloche, l’emblème du domaine

Le vignoble tient son nom du son des cloches provenant des églises environnantes, autour du village de Saint-Emilion, qui retentissent dans tout le domaine lorsque la prière de l’angélus est annoncée. Sur les étiquettes des bouteilles figure aujourd’hui encore la cloche emblématique de la propriété.

Portraits

Nos invités

JEAN-EDERN HURSTEL

Chef

CAPRINI & PELLERIN

Luxe, calme et villas de rêve

OSCAR LUCIEN ONO

Nouveau maestro des intérieurs raffinés

AMANDA MILLE

Sur les pas de son père…

NICOLAS VÉROT

Dernier prodige de la maison Vérot

CHARLES-ARMAND DE BELENET

Directeur général maison Bollinger

slide-left Created with Sketch.
slide-right Created with Sketch.

Drag

Découvrir